C’est quoi l’Asexualité ?

1

2

3

4

5

6

7

8

pouetkhgc

10

11

12

13

14

15

16

17

18

19

pouet 1

(ERRATUM : j’ai modifié la partie inexacte sur la différence bi/panromantisme, après délibérations sur Twitter avec des concerné-es. N’hésitez pas à me dire si vous trouvez cette représentation encore inexacte).

21

22

23

Pour aller plus loin :

Introduction à l’asexualité (via Asexualité-s) /  Je suis asexuelle et je le vis bien merci (via Barbieturix) / Le devoir conjugual : quand le sexe fait sa loi / Suis-je asexuelle, greysexuelle ou ai-je juste une libido peu développée ? (via SexySouciS) / Association pour la Visibilité Asexuelle (AVA) / Paroles d’A (via Asexualité) / NO SEX?! (via Laci Green la merveilleuse) …

N’hésitez pas à m’envoyer des liens intéressants à ajouter au fur et à mesure, pour que tout ça soit plus complet. Je pourrais parler de l’asexualité pendant des heures, mais vu le temps que ça m’a pris de rédiger tout ça, je vais le faire en plusieurs parties.

>>> LIENS QUE VOUS M’AVEZ ENVOYE : Coming Up Aces (BD en anglais) / Lintu (différence entre les envies de sexe chez les A) / Orientations Sexuelles et Orientations Romantiques

>>>>> UN IMMENSE MERCI à Cyrielle, aka Cy, une bienveillante illustratrice de grand talent, pour avoir accepté ma proposition de témoignage sur l’asexualité pour sa chronique sur MadmoiZelle à lire ici.

Sur ce, je vous fais la bise, jeunes freluquets !

Advertisements

107 réflexions sur “C’est quoi l’Asexualité ?

  1. Whoa merci pour cet article ! surtout la partie « dans une case » qui est une réflexion que j’entends beaucoup et à laquelle je ne savais pas bien répondre, et que je n’avais jamais vu aussi bien expliqué !

    J'aime

    1. Pas d’accord, les cases c’est la porte ouverte au raccourcis faciles et il n’y a pas plus conformiste. Au lieu de se diviser en case je pense qu’il est bien plus préférable de se reconnaître comme un individus a part et de s’assumer sans se comparer. Je suis utopique ? non je ne pense pas, divisé en groupe c’est favoriser les conflits.

      Aimé par 1 personne

      1. Mais, les « cases », ce sont les personnes qui n’en ont pas besoin (représentation dans la société, non-concerné-es, tout ça) qui, parce qu’ils voient quelqu’un qui n’est pas dans la « norme » (société, toujours pareil), et qui va essayer de se définir (car les mots, c’est cool, et ça aide à comprendre le monde et à se comprendre également) va directement utiliser l’automatique « pourquoi te mettre dans une case? ».
        Il faut assumer que chacun est différent, c’est sûr, et c’est souvent facile de dire ça quand on est quelqu’un qui est à la base sur-représenté et qui n’a pas de problème pour se reconnaître dans la société. Mais quand tu te sens seul-e et non-représenté-e, savoir qu’il y a d’autres personnes dans ton cas, c’est parfois salvateur, et ce n’est pas pour autant qu’on est dans des cases-sectes qui gérent des adorations au Malin (enfin, moi, ça ne m’est pas revenu aux oreilles, en tout cas).
        Bref, quand tout le monde sera accepté pour sa différence sans jugement, là, le monde sera beau.

        J'aime

    2. Merci pour cet article, j »ai été mariée a un homme merveilleux pendant 20 ans, , nous nous aimions très fort, après la passion des premières années nous sommes devenus asexuels et sans que cela nuisent à notre relation, notre complicité ou que ça diminue l’amour que nous nous portions .câlins et bisous suffisaient .Au contraire notre relation était profonde et basée suer quelque chose de plus important qu’une simple attirance sexuelle. et cela , j’en suis sure aurait duré s’il n’était pas décédé des suites d’un cancer il y a deux ans, il me manque tous les jours. Non le sexe n’est pas tout et on est normaux si on en éprouve pas l »envie

      J'aime

      1. Merci beaucoup pour votre témoignage, je suis sincèrement désolée pour la disparition de votre mari. Vous êtes l’exemple qu’un couple asexuel est beau comme n’importe quel autre couple d’une autre orientation. Je suis très touchée par ce que vous avez écrit, et je vous remercie encore de l’avoir partagé ici.
        Je vous souhaite tout le bonheur qu’on peut souhaiter à quelqu’une.

        J'aime

  2. J’ai vu que tu avais mis la non-binarité au même plan que les orientations sexuelles. Et dans mon coeur non-binaire les étoiles ont terni.
    Je m’explique : la non-binarité c’est une identité de genre. Ça n’a rien à voir avec l’orientation sexuelle. Un.e enby (non-binaire, c’est plus court ^^ ») peut-être ace, ou pan, ou homo, etc (bon, après ça dépend de comment tu définis l’orientation, selon le genre ou les organes génitaux, mais je fais simple).
    D’ailleurs, pour l’orientation panromantique tu utilises un symbole de la lutte trans*, ce qui n’a strictement rien à voir.

    Donc, est-ce que tu peux le prendre en compte s’il te plait ? Notre identité de genre est une identité, pas une orientation. Et nos symboles ne devraient pas sujets à récupération.

    (pour situer ma parole, je suis unæ personne trans* enby afab, plus précisément unæ bigenre fluide, vuala vuala) (et mon pronom c’est ælle)

    🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour Ellie, et merci pour ton commentaire !
      J’ai eu en effet quelques remarques sur ce passage où des personnes concernées m’ont notifiées des inexactitudes, et je suis désolée que ce passage ait gâché ta lecture. Saches en tout cas qu’une modification va être faite (également à un autre passage de l’article), et que je prends en considération ce que tu as écris dans ton commentaire 🙂

      J'aime

  3. Bonjour, bravo pour ce chouette article.
    Un rikiki passage m’a chagrinée, c’est celui où tu présentes une femme qui a « le feu au cul » après deux mois sans rapport. Dans ton intro je m’attendais à « je n’ai pas eu envie de faire l’amour depuis deux mois, suis-je asexuelle? »
    Selon moi (et je sais que ça ne vaut pas grand chose car je suis hétérocis, mais femme) ce serait important de dire que oui, il est normal même pour un non asexuel de n’avoir pas envie et que ce serait bien qu’on arrête de nous culpabiliser avec ça car c’est oppressant pour beaucoup.
    Je sais que je ne m’exprime pas bien, et j’espère n’offenser personne.
    Je sais aussi que ce n’était pas du tout le sujet de ton article à la base, donc je ne veux pas jouer la dominante reloue 🙂 .
    Si je me plante tu peux supprimer mon commentaire 🙂
    Bise

    J'aime

    1. Je ne supprime aucun commentaire (sauf irrespect, vulgarité et autres joyeusetés de trollage).
      Concernant « le feu au cul », c’est une image (qui me faisait rire, déjà)(j’ai un humour critiquable, soit) avec un symbole fort qui illustre l’opposition de l’asexualité, à mon sens. D’où ce choix.
      Bien sûr que c’est oppressant quand on culpabilise quelqu’un qui ne veut pas faire l’amour, pour qui que ce soit ! Ici, je parlais uniquement des cas des asexuels car, premièrement, je suis concernée et ensuite … si tu ne veux pas faire l’amour … ne le fait pas.
      J’aimerais parler de l’ « étiquette asexuelle » mais ce sera un des sujets de la deuxième partie sur l’Asexualité, et je ne veux pas m’auto-spoiler (surtout qu’il faut que je finisse l’écriture). J’espère avoir répondu à tes questions/remarques.

      J'aime

  4. J’ai qu’un mot à dire, merci ! MERCI ! (oups ça fait deux…)

    Tout ton article, tes explications et ton développement m’ont permis de découvrir (et d’accepter, très important) le fait que je soit, moi aussi, quelqu’un d’asexuel.
    C’est vrais que, en y repensant, notre société nous dit que c’est « normal » que la plupart des sujets tournent autours du sexe (quand ce n’est pas des séries dites « pour femmes » qui ne font qu’en parler, j’dis ça, j’dis rien…) et que, ne pas en vouloir, serait contraire à « la bonne marche à suivre ».
    En ce qui me concerne, j’essaie de ne pas me sentir concerné (pas gagné…). Je suis quelqu’un de tolérant, tout ce que je demande c’est qu’on ne tente pas de m’embrigader là dedans, parque là, ça fait des étincelles.

    Pendant pas mal de temps où j’étais avec mon ex, je me posais la question si j’avais un problème ou pas. On avait des rapports, mais je savais au fond de moi que ça m’intéressait pas. Donc j’ai vécu avec ce poids qui me hantait, même après notre rupture.

    Mais maintenant que j’ai lu ton manuscrit, c’est beaucoup plus clair dans ma tête. Et du coup je le vit beaucoup mieux ! Sincèrement merci d’avoir éclairci tout ça 😀

    Aimé par 1 personne

    1. Tu n’imagines pas combien je suis heureuse d’avoir pu t’aider dans ton cheminement, je me rappelle très bien de mon moment de « EH MAIS, je suis ASEXUELLE! », donc, je suis un peu émue d’avoir contribué au tien 🙂
      May the Force be with you

      J'aime

  5. Bravo pour ton article qui aborde un bel éventail de choses. Même en tant qu’asexuel j’ai appris des choses et je viens d’accepter une chose : j’ai beaucoup de mal avec les contacts physiques, rien que le fait de me toucher les bras me dérange. Et je n’osais pas faire le lien avec mon asexualité, encore une fois je pensais ne pas être « normal » avec ça.

    J’ai adoré tous tes dessins. Je partagerai cet article avec mes amis et proches, il présente avec légèreté et justesse plein de facettes de l’asexualité mais aussi du féminisme, du racisme… Comme quoi tous ces combats sont aussi liés à différents niveaux 😉

    Encore merci et bravo !
    Alexis (dr jicky sur twitter)

    Aimé par 1 personne

  6. Bonjour, l’article est clair merci. Mais d’un point de vue cis-hétéro, j’ai trouvé que la notion d’asexuel était relativement facile à piger. Par contre, est ce qu’une bonne âme pourrait profiter de ce lien pour définir celle de demi-sexuel s’il vous plait ? (car ça j’ai vraiment plus de mal à voir ce que ça recouvre et si ça se trouve je ne suis pas la seule… Merci d’avance.)

    J'aime

    1. J’aimerais parler des différents spectres de l’asexualité dans un prochain article, pour au fur et à mesure compléter celui-ci, j’espère que vous aurez une réponse avant, si vous êtes pressé. Il y a de très bons articles sur le sujet (souvent en anglais) sur internet qui se trouvent assez facilement, en attendant.

      J'aime

    2. La demi-sexualité, c’est qu’il est nécessaire d’avoir un lien fort (ami.e de longue date, expérience intense) avec une personne pour pouvoir ressentir une attirance sexuelle envers elle. Il y a des gens qui ressentent une attirance sexuelle/de l’excitation pour une jolie personne croisée dans la rue, le nouveau collègue, une actrice, le rencart du jour… Les personnes demisexuelles non, il leur faut une connection. Après, même « avec connection » l’envie de sexe dépend des personnes, certaines demies n’aiment pas du tout, d’autres adorent.
      Le site demisexuality.org explique tout ça très bien (en anglais).

      Aimé par 1 personne

  7. Hello

    Un grand MERCI tout d’abord!
    Je ne suis pas concerné.e par l’asexualité mais ton propos peut toucher plusieurs autres branches dans le grand arc-en-ciel Queer. C’est drôle, c’est frais, c’est lisible, il y a un bon rythme narratif… bref votre note de blog et votre propos sont vraiment bons.

    Et comme disait un autre com’, merci pour le « pourquoi vous mettre dans des cases? » et sa réponse, merci!

    (Je n’ai aucune remarque négative car j’ai vu que vous alliez faire une MAJ) 🙂

    Je m’en vais de ce pas lire d’autres notes de votre blog.
    Bravo et Bonne continuation!!!

    J'aime

      1. Ah j’ai mélangé les « tu » et les « vous » ^^
        J’étais vraiment claqué.e

        Oui à mon grand désarroi il n’y pas d’autres notes de blog, je me suis abonné à ton tumblr du coup. J’ai hâte d’en lire plus! 🙂

        J'aime

    1. Si c’est un choix, ce n’est pas de l’A mais de l’abstinence.
      Je pense qu’on peut devenir A et ne plus l’être dans une autre période de sa vie (j’en parlerai dans un prochain article), mais la plupart du temps, quand on « devient » A, c’est qu’en fait on réalise qu’on l’est. C’est ce qui s’est passé pour moi (pareil, futur article). Ça part plus souvent sur une prise de conscience, je pense. Mais n’hésite pas à chercher des témoignages sur des forums ou d’autres sites.

      Aimé par 2 people

      1. ben non pour moi c’est pas un choix, juste j’ai plus du tout envie depuis des mois, et j’en suis à me demander si j’ai eu vraiment envie de quelqu’un-e un jour ! Je vais chercher des témoignages… là j’en suis à me dire que je me suis plus ou moins forcée toute ma vie…

        J'aime

  8. Ca fait du bien de voir des articles sur le sujet, l’asexualité est encore trop peu connue. Merci!
    Petite remarque, cela dit: certains asexuels aiment le sexe. Ils sont une minorité, certes, mais ils existent.

    J'aime

  9. Salut!
    Tes propos sont vraiment bien et pertinents mais c’est tout de meme un peu dommage de parler de privilège cisgenre (bien) alors que juste avant tu fait l’équivalence entre être lesbienne et « aimer les chibres » (pas bien)
    Voilà voilà….

    J'aime

  10. Bonjour,

    J’ai du mal à concevoir le fait qu’une personne se masturbe, mais ne partage pas son plaisir sexuelle avec un partenaire. Pour moi, l’asexualité n’est pas une orientation sexuelle étant donnée qu’elle n’est orientée nulle part sauf dans des cas que tu as mentionnée : vers soi-même. Mais dans ce cas ce n’est pas de l’asexualité non plus étant donné que la sexualité est bien présente chez cette personne (la sexualité ne comprend pas uniquement le désir de se faire plaisir, mais englobe tout un tas de chose) étant donné qu’elle la pratique et qui plus est avec une intention purement personnelle, même si elle ne la partage pas.

    Je suis désolée mais tes propos ne m’ont pas convaincue du tout et ce, pour les raisons citées plus haut. Voilà, je voulais te faire part de mon point de vue

    J'aime

    1. Bonsoir BioSci
      L’asexualité, c’est ne pas avoir envie/ressentir le besoin de coucher avec quelqu’un. Se masturber, comme je l’explique, n’est pas forcément un mécanisme de désir, mais aussi « juste » de plaisir. De plus, personnellement, je ne pourrais pas me masturber par plaisir devant quelqu’un pour partager ce moment (la sexualité avec quelqu’un, je, non, je peux pas, même si la personne en face ne me fait rien, concrètement), je sais que d’autres peuvent le faire, et c’est très bien pour eux. Il n’y a pas de règle, tout le monde fait ce qu’il veut avec sa vie intime, et peut-être que tu as l’habitude de tout partager avec ton/ta partenaire, et que c’est peut-être pourquoi, comme tu le dis, que tu as du mal à le concevoir ? La masturbation n’est pas forcément tournée vers soi-même, la libido sans objet n’est dirigée vers personne en particulier, donc pas forcément vers soi-même non plus. En tout cas, pour ma part, c’est ainsi.
      Après, je ne sais pas si tu es directement concernée par l’asexualité, mais, si tel n’est pas le cas, je trouve ça un peu maladroit de dire que je ne te convaincs pas. Je ne cherche pas à convaincre qui que ce soit, l’asexualité est encore très méconnue du grand public et même des spécialistes (parfois), certes, mais dire « je ne pense pas que tu as raison sur quelque chose que tu vis au quotidien » alors que tu n’es pas concerné-e, ça peut être mal vécu (moi, ça va, hein, je m’en remettrai, mais d’une façon plus générale). Si tu es concerné-e, comme je le dis dans l’article (et je ne suis pas la seule! Je n’ai pas le monopole sur ce sujet, bien heureusement), il y a autant d’asexualités différentes que d’asexuel-les, peut-être que ça vient de là, notre différence de point de vue ? Tout simplement un différent contexte/passé/vécu de cette orientation sexuelle (car oui, c’est considéré comme une orientation sexuelle, le fait de ne pas avoir de désir de sexualité).
      Voilà, j’espère avoir répondu convenablement à ton commentaire.

      J'aime

    2. Je rejoins totalement ce qu’a dit Belinda, étant Aro-A avec une libido. Ce n’est ni plus ni moins qu’une stimulation nerveuse qui procure du plaisir, alors pourquoi pas ? Et pourquoi ne pas la partager avec quelqu’un d’autre ? Facile quand on n’est attiré par personne… L’ajout d’un autre être humain dans l’équation devient inconfortable, inutile voire un peu exploitative (si on ne ressent aucune attirance pour cette personne mais qu’on l’utilise quand même à ses propres fins de plaisir, pour moi c’est un peu se servir d’eux comme un sex toy…).

      Quant à « dans ce cas ce n’est pas de l’asexualité »… Je n’invente rien, ça fait environ 10 ans que l’asexualité est définie comme « le manque d’attraction sexuelle pour autrui ». Il n’en est jamais rien dit de la masturbation, donc ça rentre tout à fait dans les critères. Oh, certes, on peut dire que ça joue un peu sur les mots… mais ni moi ni Belinda n’avons inventé cette définition.

      Pour ta curiosité, il existe un terme plus spécifique pour les personnes qui ont une libido et des fantasmes sexuels sans avoir le désir de coucher avec qui que ce soit : autochorissexuel http://hunterinabrowncoat.tumblr.com/post/101210488243/in-aid-of-asexual-awareness-week-ive-decided-to

      J'aime

  11. On commence peu à peu à entendre parler de ce genre de sujets (auquel je ne connais pas grand chose à vrai dire), mais je trouve que c’est vraiment super de le démocratiser surtout sous forme de strip, ça rend les explications accessibles à tous et en tout cas bravo d’avoir franchi le pas !

    J'aime

  12. Excellent article.

    En réactions, on voit aussi parfois le fameux « tu dois être tellement plus productive parce que ton esprit n’est pas encombré par le sexe et les relations ! ». Euh… Croyez-vous seulement que j’ai besoin de sexualité pour être la reine de la procrastination ? Si seulement…

    J'aime

      1. Je n’y ai pas eu droit personnellement, mais ça se trouve dans des rubriques de commentaires. (J’avoue : dés que je vois un article sur l’asexualité qui paraît sur le site d’un magazine plus ou moins connu, je me jette sur la rubrique de commentaires pour me délecter des commentaires de beaufs.)

        Aimé par 1 personne

    1. Ahahah, moi c’est l’inverse, j’ai récemment découvert en lisant sur la demisexualité que les gens « normaux » (pardon) ressentaient de l’attirance sexuelle dans plein d’occasions, pour des gens qu’ielles ne connaissent pas forcément et je me suis dit que ça devait être épuisant à vivre 😀

      @Belinda-Georges : joli strip, très pédagogique, je le garde sous le coude 🙂

      J'aime

  13. Merci beaucoup pour ce joli strip explicatif, vraiment bien conçu, pédagogique et lumineux…
    Je lutte un peu en ce moment pour définir ma sexualité et c’est tellement soulageant de trouver des témoignages réconfortants et chaleureux ! C’était super, l’explcation sur les cases et pourquoi c’est si important de trouver sa place et un nom à mettre sur ce qu’on ressent !
    Merci !

    J'aime

    1. Je t’envoie tout mon courage pour réussir à te définir, ça a été pour moi un premier pas pour aller beaucoup mieux dans mon corps et dans ma tête, alors je suis ravie que ça t’ait plu, merci.

      J'aime

  14. Je suis perplexe vis à vis du terme employé. J’ai toujours vu le mot asexuel utilisé pour définir les animaux ou personnes qui n’ont pas de sexe.

    J'aime

  15. (je vais le faire en plusieurs fois!)

    1) Super article! ^^
    J’ai toutefois juste une petite question: comment c’est possible de se masturber par plaisir, mais sans désir? ça doit faire mal du coup, non? >.< (pardon si c'est déplacé ou acesexiste, ce n'est pas mon but! Je ne pense pas être asexuelle, mais je me pose parfois la question. Merci pour les liens d'ailleurs, je vais checker ^^)

    Concernant la bisexualité/biromantisme et la pansexualité/panromantisme, on pourrait se lancer dans un grand débat la-dessus! xD
    En fait je suis bisexuelle (polysexuelle si on veut détailler, peut-être que je pourrais me dire pan..?) Bref, (je dis que) je suis bi ^^
    Je ne pense pas que ta correction soit fausse, mais si je peux me permettre de compléter (je pourrais faire une thèse sur les bi/poly/pan-sexualités x3) voilà quelques images:

    J'aime

  16. C’est mieux qu’un long discours! x3
    (tu les connaissais peut-être, je ne sais pas?)

    Bref, c’était juste pour la petite histoire. ^^
    Ton article est super comme ça, je pense (et les dessins sont tout mignon <3)
    Merci! ^0^

    (je me permet de linker ton article sur le site web que je suis en train de préparer, si tu es d'accord? il n'est pas encore en ligne pour le moment, je te redis si tu veux?)

    J'aime

  17. Alors, par où commencer ? ^^
    Pour la masturbation, je ne vais parler que de ce que je connais (femme cisgenre) : si tu stimules tout ça doucement, il y a une réaction physiologique qui fait que le corps sécrète de la cyprine pour lubrifier, et donc, tout va bien dans le meilleur des mondes.

    Ensuite, concernant les images que tu as envoyé, je te remercie de toutes ces infos. En effet, je « connaissais » pas mal de termes (je ne suis pas spécialiste sur le sujet, mais je les ai déjà vu et +/- assimilés), mais le parapluie, je n’avais jamais vu.

    De quoi va parler ton site web ?

    J'aime

    1. De plusieurs choses! ^^
      Des droits des animaux, de féminisme, et de LGBT+, pour faire court.
      Ce sera séparé en plusieurs parties, en fait. Le tout avec des infos générales et des choses un peu plus personnelles (mon « témoignage » et mon coming out en tant que bi, par exemple). Il y aura aussi une page de liens pour chaque thèmes/parties.
      Je pensais mettre le tien dans la partie LGBT+ :3

      J'aime

    2. « Pour la masturbation, je ne vais parler que de ce que je connais (femme cisgenre) : si tu stimules tout ça doucement, il y a une réaction physiologique qui fait que le corps sécrète de la cyprine pour lubrifier, et donc, tout va bien dans le meilleur des mondes. »
      –> D’accord, je vois. Oui c’est logique en fait.
      Mais pour « vouloir » stimuler tout ça, il faut du désir, non? (enfin, le désir c’est quand tu « veux », justement, non?.. (.__.))

      J'aime

      1. Bé, pas forcément. Je sais d’avance que ça va me donner du plaisir, il peut, parfois, ne pas avoir de désir, à proprement parler., juste avant. Après, il y a aussi la libido sans objet, qui n’est concentré sur aucune personne en particulier (ça peut être imaginer une situation, par exemple, mais sans « visualiser » quelqu’un). J’espère que j’arrive à être claire, c’est assez délicat à expliquer (coucou maman&papa si vous me lisez)(haha)(hem).

        D’accord d’accord, j’ai hâte de voir ce que ça va donner, alors, ton site !

        J'aime

      2. « Mais pour « vouloir » stimuler tout ça, il faut du désir, non? (enfin, le désir c’est quand tu « veux », justement, non?.. (.__.)) »

        Non. J’ai déjà eu exactement la même conversation avec une amie qui avait du mal à comprendre la situation asexualité+libido, qui m’a mise au défi d’avoir un orgasme en pensant à une balle de ping pong.

        Et bien… vous en avez rêvé, je l’ai fait.

        Aimé par 1 personne

      3. (Pardon pour cette réponse tardive!)
        D’accord! oui je pense que j’ai à peu près compris, merci! 🙂
        Ben, je pense pas que je sois asexuelle alors.. (à la limite peut-être demi-asexuelle?)
        ……. Attends, tu crois que c’est possible (sachant que je suis bisexuelle) d’être demi-asexuelle avec les hommes, par exemple, et ni asexuelle ni demi avec les femmes? (je sais pas si je suis claire..) >_< (remarque, ça fait un peu compliqué, là! xD)
        Et puis je me rends compte que j'ai fait une bourde dans mes anciens comm, j'ai mis "acesexiste" ou lieu de "acephobe" (si ça se dit), enfin je pense que tu m'avais comprise.. xD

        Merci pour le site! Je te retransmettrai l'adresse alors! 🙂

        J'aime

  18. Oh, merci d’aider à faire connaître tout ça 🙂 c’est tellement tabou quand j’en parle autour de moi…
    Pour ma part, je suis demi assexuelle, je ne supporte pas qu’on me touche (j’ai même du mal avec les simples accolades amicales), par contre quand j’ai une relation forte avec quelqu’un, ma libido se réveille, mais seulement envers cette personne. La plupart des gens ne comprennent pas et prennent ça pour un choix de se réserver « à la bonne personne » alors que pas du tout !

    J'aime

  19. Salut! Et merci pour cet article. Je me suis sentie concernée par tes interrogations, car mon ami n’a jamais envie. Au début je me disais qu’il lui fallait du temps, je patiente, patiente, sauf que je me retrouve vraiment dans la situation de la fille qui a le feu aux fesses! J’en suis même passée par la culpabilisation, style « je ne suis pas assez bonne pour lui, c’est moi qui n’arrive pas à trouver comment l’exciter » etc., jusqu’à me dévaloriser physiquement. Pour te dire mon conditionnement, j’en viens à me moquer de ses compliments sur mon physique, qui pour moi sont de grosses blagues puisque « pas suivies d’action » (oulala le gouffre). Comme j’ai connu des relations torrides auparavant, j’ai du mal à ne pas me sentir frustrée par la relation. Lui l’explique simplement : « je n’ai pas envie ». Et moi, pour accepter la relation, j’ai l’impression qu’il faut que j’accepte la frustration. Je n’ai par ailleurs aucune envie « d’aller voir ailleurs », j’en suis incapable lorsque je suis engagée affectivement dans une relation. Désolée de soulever la partie du partenaire, qui doit être douloureuse j’imagine, mais je saisis la tribune du commentaire un peu désespérée…

    J'aime

    1. Bonjour Loulou, je n’ai jamais été dans cette situation, personnellement, donc je n’aurai pas de très bons conseils à te donner :/ Cependant, si tu le veux, je peux relayer ton commentaire via Twitter pour avoir un retour de personnes concernées par le même cas que le tien. Je ne te garantis rien, mais qui ne tente rien n’a rien.
      Je te souhaite bien du courage pour la suite en tout cas, j’imagine que ça ne doit pas être facile à vivre au quotidien.

      J'aime

      1. Salut Belinda, merci pour ta réponse. Je souhaitais faire part de mon expérience pour témoigner de la difficulté d’un partenaire amoureux à vivre l’asexualité de l’autre, malgré l’acceptation, la compréhension et la remise en question de soi. Voilà pourquoi je te remercie pour cet article. La question de la sexualité dans une relation est sans fin je pense…

        J'aime

    2. Ha ben tiens, je me trouve dans le même cas que toi ! Je dois t’avouer que je me sens moi aussi plutôt désemparé, mon partenaire me disant même lui-même d’aller voir ailleurs… Si je ne vais pas chercher les petits câlins et bisous de la journée, les seules marques d’affection que j’aurai seront le simple bisou du matin et celui du coucher… Dur dur…

      J'aime

      1. On peut peut-être correspondre tous les deux Loulou ? Ca me travaille beaucoup, et peut-être qu’en discuter avec quelqu’un nous aiderait ?

        J'aime

    3. Si ça peut t’aider, j’ai vécu l’inverse, et je peux t’assurer que ce n’est pas facile non plus. Te rendre compte que la personne que tu aimes est belle et qu’elle te désire, et ne pas pouvoir y répondre… d’autant plus que, pour ce que j’en sais, c’est assez difficile de trouver des partenaires asexuels.
      En tout cas dans mon cas, j’ai résolu de ne plus jamais sortir avec une personne non-asexuelle, c’est trop douloureux, et je pense que c’est difficile à faire durer…

      Quoiqu’il en soit, ne doute pas de toi. Je te jure que tu n’y es pour rien, et j’espère que vous arriverez à trouver une solution…

      J'aime

  20. Bonjour
    Merci pour cet article !
    c’est un sujet très intéressant, présenté ici de façon claire, subtile et passionnante.
    Dommage que ne soit pas évoqué le désir d’enfant. Oui, on peut être asexuel(le), ne peut avoir de désir sexuel, mais souhaiter avoir des enfants… et les choses se compliquent.
    Au risque d’en choquer certains, je conçois la sexualité uniquement comme un moyen de reproduction. Je pense (j’espère…) ne pas être la seule à le penser. Mais cela reste un sujet très peu abordé. Comme s’il était honteux, voir déviant ne pas s’intéresser au sexe en tant que tel.
    J’espère que des articles comme celui-là pourront faire réfléchir les gens.

    J'aime

    1. A croire que tu lis dans mes pensées, c’est un sujet que je veux aborder dans mon témoignage d’ace 😉 La première partie étant juste une présentation pour celleux qui ne connaissaient pas du tout le terme 🙂 Merci beaucoup en tout cas

      J'aime

  21. A reblogué ceci sur tschellufjeket a ajouté:
    Un article très créatif et réussi sur l’asexualité en francais!
    Ein sehr kreativer und gelungener Artikel über A_sexualität auf Französisch.

    Mir fehlt leider die Zeit und auch die Kompetenz, um diesen Text sinngemäß zu übersetzen. Es bleibt dem_der ein oder anderen also nichts weiter übrig, als seinen_ihren verstaubten Langenscheidt aus dem Keller zu holen 😉

    J'aime

  22. Super BD, du coup j’ai quand même une question… Peut-on être un/e asexuel-le refoulée, dans le sens où on réfute être asexuel-le alors que tout semble montrer le contraire (pas de marques d’affection, amour une fois tous les 3 mois…et encore, en insistant) ? En tant que partenaire, c’est plutôt difficile à vivre (oui, il faut quand même aussi savoir le dire ^^)…

    J'aime

  23. Il n’y a que la personne concernée qui pourra dire si elle l’est ou non, vu qu’il n’y a qu’elle qui peut véritablement savoir si elle a ou non l’envie de faire l’amour.
    C’est difficile à admettre pour certaines personnes, ça peut prendre du temps avant de le réaliser. Je ne doute pas que pour le/la partenaire, ça doit être dur également, je n’ai jamais vécu cette situation, encore. Courage à vous deux.

    J'aime

  24. Wow merci merci merci anorgasmie/frigidité » sur le sujet, ou un sexologue à deux balles explique que c’est pas possible cette absence de désir, et qu’il faut aller voir un thérapeute là pour retrouver notre sexualité perdue =.= » )

    Je l’enverrai sûrement à mes parents et mes frères et sœurs quand j’aurais retrouvé mon courage ~

    (j’avais déjà essayé de leur en parler, mais je m’étais heurtée aux arguments que tu cite :< c'est plutôt tristement drôle d'ailleurs comme ils m'assurent régulièrement que quel que soi ma sexualité ils me soutiendront (ils sont persuadés que je suis lesbienne et que c'est pour ça que je ramène aucun monsieur à la maison ^___^ ) alors qu'en fait ils accepteraient tout, sauf la mienne)

    Enfinbonbref. Merci beaucoup vraiment, ça aide à se sentir un peu mieux.
    Je te souhaite le meilleur du meilleur du nec plus ultra de la vie gentille dame !

    (et j'aime beaucoup tes dessins btw ❤ )

    J'aime

    1. zut zut zut mon commentaire à été tout mélangé.
      je disais donc que c’était très chouette de voir un post aussi bien expliqué et positif , surtout quand on quitte un article sur le sujet classé dans « problèmes sexuels — anorgasmie-frigidité » (etc etc )
      Voilà, j’espère que cette fois mon ordi va pas faire des siennes.

      oh, et ils y avait aussi un coeur après les trois mercis qui est parti, alors en voici deux nouveaux ❤ <2

      J'aime

      1. Merci beaucoup ! Je te souhaite une bonne continuation à toi aussi, et également beaucoup de courage pour la suite !

        J'aime

  25. Merci d’avoir fait un petit récapitulatif. Je suis asexuelle et j’ai souvent beaucoup de mal à faire comprendre aux gens ce que c’est. Je le vis assez bien, mais je sais que ce n’est pas le cas de tout le monde, et faire savoir que ça existe est déjà un grand pas en avant.
    Les réflexions des autres, ils ne s’en rendent pas tous compte, sont souvent blessantes. « C’est parce que tu n’es pas encore tombée vraiment amoureuse », « t’as subi un traumatisme ? », et j’en passe. Ma mère à qui j’avais essayé d’en parler me disait juste que j’étais trop jeune. Jusqu’à un certain âge je veux bien, mais au bout de plusieurs années, quand on parle à une adulte…
    Le pire je pense ce sont les gens qui me demandent pourquoi je ne couche pas, au moins pour essayer. Au hasard, parce que sans désir, pas de plaisir ? Je ne pense pas que coucher sans en avoir la moindre envie puisse apporter quoi que ce soit…

    Enfin, c’est en effet important de signaler que notre société est hyper-sexualisée. Parce que, si aujourd’hui l’homosexualité et la bisexualité sont assez connues pour que les personnes concernées sachent qu’elles ne sont pas anormales (même si elle ne savent pas forcément vers qui se tourner), l’asexualité pose encore problème. Oui, pendant quelques années, on se demande si on a un problème, on ne comprend pas, Et dans cette société on nous fait croire que le sexe, c’est primordial pour avoir une vie équilibrée, ça peut être difficile.

    Dans mon cas, mettre un nom sur la chose et apprendre que je n’étais pas seule m’a un peu aidé (ne serait-ce que pour mieux expliquer aux autres). Je vais partager l’article, il est assez clair et je pense que ça aiderai aussi ceux qui veulent sincèrement comprendre. Merci !

    J'aime

    1. Merci pour ton commentaire, je suis ravie d’être utile, si ça peut aider à certaines personnes de ton entourage à comprendre ce que tu vis. Courage, en tout cas, et bonne continuation 🙂

      J'aime

      1. Bonne continuation à toi aussi ^^
        Je trouve que tu essaies vraiment de bien tout aborder. De plus tes dessins sont très agréables et tu prends manifestement soin de ne pas te limiter, en dessinant des personnes très différentes.
        Enfin, je tiens à le dire quand même, c’est agréable de voir une personne intéressante dans ses article, mais aussi dans les réponses aux critiques (même si dans ce que j’ai lu pour le moment tu ne reçois pas énormément de critiques négatives).

        J’espère que tu continueras comme ça, et je fais tourner ! ❤

        J'aime

      2. C’est vraiment adorable, merci beaucoup 🙂
        Oui, je suis très chanceuse de ce côté-là, même quand on venait me signaler une erreur (notamment sur les non-binaires que j’associais, à tort, au pan/biromantisme, par exemple), c’était très bienveillant et pas du tout dit méchamment, et je suis très contente de ces échanges.
        Encore merci 🙂

        J'aime

  26. J’ai découvert l’asexualité il y a à peine quelques semaines grâce à une fanfiction. Je ne savais pas du tout que ça existait (et d’ailleurs, après réflexion, je crois que j’ai une amie qui est grey-a !) et je trouve ça réconfortant, dans un sens, de me dire qu’il y a un mot pour ça : mettre des mots sur les choses c’est les reconnaître et ça, c’est bien ! 🙂

    Tu parles à un moment de livres/lecture prenant en compte les sexualités différentes et je trouve qu’effectivement ça manque beaucoup. Je suis hétérosexuelle, mais mon meilleur ami est bi/pan et je pense que s’il ne lit jamais beaucoup (lui qui aime ça puisqu’il lit du théâtre), c’est certainement parce qu’il ne se retrouve jamais complètement dans ces histoires.

    Depuis quelques années commencent à sortir de l’ombre et être éditées des histoires homosexuelles, souvent masculines (toujours les hommes d’abord, la galanterie n’a jamais atteint les mœurs profondes).
    Même les pratiques dites extrêmes (BDSM) ont fait une entrée fracassante (et sont devenues une idée de jeu sexuel excitante grâce à ça, ce qui est une bonne chose, au passage).
    Mais l’asexualité ? Il serait bon d’en parler jusque dans les écoles, car c’est aussi là qu’on forme l’ouverture (ou la fermeture T.T) d’esprit des futurs adultes qui deviendront des amoureux. Parce que, tu l’as dis toi-même, c’est méconnu même des gens qui ‘en sont’.

    Et comme je le disais, j’ai découvert l’asexualité via une fanfiction très bien écrite qui a le mérite immense d’expliquer simplement ce que c’est et de créer autour une très belle relation purement amoureuse douce et intense. Et d’autant plus belle, je trouve, qu’elle ne se concentre pas totalement dessus, du coup, ça entre dans la normalité, en quelque sorte (et c’est génial !).

    Je te donne le nom de l’auteure et le titre de la fanfiction parce que je trouve que la première écrit vraiment très bien, sais parfaitement manier ses histoires et a une imagination incroyable (dans tous les sens du terme !) et parce que la seconde, relatant une histoire qui correspond à ta sexualité sans en faire des caisses ni y mettre la moindre morale, a des chances de te plaire : « La règle de trois » de Saturne, sur fanfiction.net (un UA concernant Supernatural (couple Dean/Castiel) où tout le monde est humain, mais les relations des personnages sont magnifiquement concervées)

    Honnêtement, je te la conseille, elle est très bien écrite et parle très bien d’asexualité.

    Et parce que cette auteur est vraiment géniale, je trouve, je te conseille tous ses écrits mais plus particulièrement sa fanfiction ‘De la poésie pour poisson’.
    Toujours sur Supernatural, celle-ci est dans l’univers de la série et se centre totalement sur Castiel, de sa naissance à sa rencontre avec les frères Winchester (Dean et Sam). L’auteure note dès le début qu’il finit par y avoir une relation amoureuse entre Castiel et Dean (pas de spoil, c’est elle qui le dit), mais après 44 chapitres elle n’est toujours pas là (ce que je trouve agréable parce que pour une fois, l’histoire prend vraiment son temps pour tout mettre en place et faire évoluer son personnage principal, de cette façon, toute la suite devient presque une évidence quand ça arrive, même quand on a rien vu venir). Et puis, Castiel étant vraiment un être particulier à la base et l’auteure s’étant essayée avec succès à la relation amoureuse asexuelle, rien n’indique que leur relation sera sexuée. Le doute plane encore et je trouve ça rafraichissant (et titillant, aussi xD)

    Bon, désolée pour ce roman mais je suis heureuse d’avoir appris quelque chose et donc cassé un de mes préjugés pour cause d’ignorance et de pouvoir également partager avec toi une de mes passions : la lecture. Dans ton domaine, en plus, c’est-y pas génial ? 😀

    Je te fais des bisous (on se connait pas mais je me permet parce que ton strip shot m’a vraiment touchée) et je te souhaite plein de bonheur, une bonne continuation et de bonnes lectures !

    ♥ Shanty

    J'aime

    1. Woua, en effet, ça m’a fait de la lecture ! Merci !
      Blague à part, je ne regarde pas Supernatural (mais il paraît que je devrais. Ça fait partie des quelques séries que je veux commencer)(Comme Orange is the New BLack), donc je ne sais pas si la fan-fiction va avoir de l’impact sur moi, ne connaissant pas les personnages, mais soit certaine que je la lirai quand je connaîtrai la série ! Surtout qu’en effet, des histoires asexuelles, ça ne court pas les rues …
      Je connais quelqu’une qui écrit une trilogie avec une relation asexuelle dedans, j’ai hââââte de lire tout ça, tu imagines bien !
      Merci encore pour ton commentaire, je lirai la fanfic, promis !
      Bisous 😉

      J'aime

      1. Je suis contente de t’avoir trouvé de la lecture ! (En fait, je suis très fière d’avoir pu te donner un beau texte ‘autour’ du sujet xD )

        Et je veux bien aussi que tu me donne le nom de l’auteur qui écrit cette trilogie ! J’adore lire et particulièrement les histoires d’amour. Et je trouve les histoires d’amour concernant des couples à sexualité ‘différente’ plus touchantes, notamment parce que le reste de l’univers a tendance à les blâmer et/ou leur mettre des bâtons dans les roues alors que c’est comme ça, un point c’est tout.

        Pour les 2 fanfictions de Saturne, effectivement, c’est mieux de connaître un peu la série avant de les lire (dans ‘De la poésie pour poisson’, quand Castiel rencontre Dean pour la première fois ça débarque directement au début de la saison 4), notamment pour pouvoir savourer sa capacité à retranscrire avec exactitude les caractères et les relations des personnages 🙂
        Quoi que, dans la série, Dean soit assez clair sur le fait qu’il ne ressent rien de sexuel pour Castiel. Verbalement, en tout cas 😉 C’est tout le truc du Destiel (Dean/Castiel), même dans la série, les comportements peuvent paraître assez ambigüe, je trouve xD

        Mais je n’en dis pas plus, je vais finir par t’influencer :X lol !

        Mais honnêtement, je pense que la série elle-même pourrait vraiment te plaire et j’adorerais savoir quel frère et quel autre personnage tu préfères xD

        J'aime

  27. Merci pour ce résumé, c’est compliquer de parler de ça à son entourage, surtout quand on est un garçon et qu’apparemment on est beau, j’ai l’impression de devoir me cacher, de me camouflé face au gens. J’ai pris l’habitude d’être discret de m’effacer, être l’objet des attentions est assez compliquer pour ma part, alors je n’en parle pas.
    Même si j’ai mis un mot sur ce que je ne comprenais pas vraiment, j’ai toujours l’impression d’être un inadapté social, j’imagine toujours les gens comme n’ayant pas forcément des désir sexuel , n’étant pas sexué et je suis abasourdi quand j’entends des gars/filles parler de cul. Même chose quand une filles ou un gars à de l’intérêt à mon encontre, je comprend rien au mécanisme de la « séduction/drague ».
    Et longtemps je ne comprenais pas aussi pourquoi la plupart de mes relations avait une durée de deux semaines… bas oui faire des câlins, dormir ensemble c’est bien gentils mais pas assez (mais qu’est-ce que je suis naif aussi).

    Voilà voulais juste partagé un peu car je me sens un peu seul niveau compréhensions (très égocentrique comme commentaire^^)

    Bonne continuation.

    J'aime

    1. Je comprends tellement ce que tu veux dire, quand tu parles du mécanisme séduction/drague, c’est pareil pour moi, et je suis toujours très mal à l’aise dans des cas comme ça.
      Tu as bien fait de partager, il y aura probablement d’autres lecteurs et lectrices qui se reconnaîtront dans ce que tu dis, un témoignage n’est jamais perdu 😉

      J'aime

  28. Vraiment génial cet article. D’un coup, je m’y retrouve. Et surtout d’un coup, je me sens moins seule ! Depuis longtemps, je dis, pour déconner et sans y croire vraiment, que je suis asexuelle. Histoire de faire taire les questions sur le pourquoi du comment je n’ai jamais eu personne dans ma vie. Sauf que je croyais avoir inventé le terme, que ça n’existait pas en vrai et que c’était une excuse pour essayer de ne pas avoir l’air trop « bizarre », anormale… C’est un peu une honte de ne pas aimer le sexe dans la société actuelle. Plusieurs fois je me suis dit que ce serait cool que ça existe et apparemment, ça existe ! En tout cas, je corresponds à tous les critères. Je serai plutôt dans la case « amoureuse romantique mais ça s’arrête là ». Enfin, je crois.
    En tout cas, merci ! J’existe enfin !

    Aimé par 1 personne

  29. Je voudrais te remercier, cet article est génial et a permis à mes amies de mieux comprendre ce que signifie l’asexualité. (j’enregistre même la page pour rediriger les autres personnes dans le futur). C’est très bien expliqué: simple clair et concis.

    J'aime

  30. Bonjour,

    Merci pour cet article intéressant ! Je me permets juste une petite remarque : je me demande si la partie qui explique que les asexuel·le·s sont des êtres humain·e·s, et DONC qu’iels peuvent tomber amoureuxse, n’est pas un tantinet oppressive pour les aromantiques (qui sont tout autant des êtres humain·e·s que les autres…). N’étant pas concerné, ma remarque est bien entendu à considérer avec toutes les réserves de rigueur 🙂

    J'aime

  31. Dans mon cas, j’ai découvert se terme par un reportage télé qui partait plutôt du principe de montrer un couple « anormal » (genre tellement vrai)…bref quand j’ai entendu les propos de ces personnes sur leur mode de vie,je me suis dit: C’est marrant c’est exactement ce que je vis. J’avais 25 ans. J’en ai 29, je n’ai pas eu de relation sexuelle depuis 9 ans et ça ne me choc pas du tout, je m’en fou, et si j’avais fait l’amour hier ça aurait été pareil. Par contre j’arrive a un stade de ma vie ou le formatage familial est a son paroxysme. Ma mère guette le moindre indice de relation de couple pouvant amener une descendance, mes amies accouchent, des propos sortent du genre « de toutes façon , toi tu veux pas d’enfant non? » qui déchire le cœur(bien sur je veux une famille, mais qui voudrait de moi…) alors je souris et je dis que j’ai jsute pas de chance en vie amoureuse,… Les rares fois ou j’en ai parlé sur internet (forum ou autre) la reflexion de base n’est même pas répertorié dans ton comic, c’est « As tu consulté un spécialiste? Tu as certainement un problème hormonal , et tu t’en rend pas compte car tu ne le ressent pas… » , ça fait douter…. Alors aucuns de mes amis sont au courrant, ni famille, ni medecins, juste moi et moi même. Je fais ma vie a moi seule (hélas), je reve et fantasme une vie de couple faite uniquement de calins et de bisous… jamais je n’ai fait de reve erotique (non on ne m’a pas violé ou traumatisé etant jeune). Quand je repense a mon collège, les relations de couple ne ‘minterressait pas, et mon premier, c’etait tard au lycée pour faire comme les autres. Meme pas par envi, mais je l’aimais bien, il avait envi de moi, j’ai voulu lui faire plaisir . Je suis bien dans mon corps et mon esprit, je tombe désespérément amoureuse régulièrement, et ça reste a sens unique, et je comprend que cette vie de couple qui me « conviendrait » qui n’arrive pas …. Je parle a mes amies de relations occasionelles tinder ou adopteunemec d’une nuit imaginaire pour pouvoir continuer a parler avec elle, je ne vais pas leurs imposer mon statut, je ne veux pas qu’elle soit mal allaise alors que je suis allaise. Et puis je suis tellement de bon conseil au niveau relation de couple que ça les pertuberait trop lol… Si un jour ya un salon de l’asexualité j’irais je pense.

    J'aime

    1. Bonjour, merci pour ton témoignage, je respecte complètement le fait que tu ne veuilles pas faire ton coming out envers tes proches, mais ne crois-tu pas que cela te ferait du bien de partager ce que tu ressens et vit quotidiennement avec un ou une ami-e proche ? Tu as déjà rencontré des asexuel-les ? Je te souhaite plein de courage, nous sommes beaucoup dans ton cas, et non, nous ne sommes pas anormaux, c’est toujours bon de se le rappeler 🙂

      J'aime

  32. C’est très intéressant, je trouve que ça représente bien en gros ce qu’est l’asexualité. Cependant, pour ce qui est de l’orientation biromantique et panromantique, pour le biromantique (représenté par ❤️+❤️) je trouve cela un peu inexacte, car bien qu’ils aiment le coeur de la personne, le biromantique (qu’il soit un homme ou une femme) ressent une attirance pour les hommes ou les femmes. Tandis que pour le panromantique (qu’il soit un homme ou une femme) ressent de l’attirance romantique pour une personne peut importe son sexe et son genre (représenté par ❤️+❤️ ce qui exact je trouve car il aime l’autre pour qui il est et non ce qu’il est) donc attiré par les hommes, les femmes, les transgenres, les travestis, etc. Bref, c’est mon avis.

    Sinon, j’ai trouvé très intéressant la lecture de cet article et les illustrations très bien fait!

    J'aime

  33. Bonjour,

    Étant en plein questionnement sur l’asexualité, je trouve très vexant et insatisfaisant les « réponses » données à ce que je pense être de vrais questions, mais qui sont trop souvent tournées en dérision sur les divers blogs parlant d’asexualité.

    QUESTION 1 : Et si je n’avais pas encore trouvé la bonne personne ?
    Pour moi la réponse n’a rien d’évident. Comment être sûr ? Après tout, pourquoi éprouver du désir pour quelqu’un qu’on aime devrait-il être automatique, même pour une personne « sexuelle » ? Selon certains sexologues et psychologues, la société a tendance à caricaturer le « désir » en le présentant comme facile, courant, alors qu’en réalité c’est un processus beaucoup plus complexe, qui varie énormément selon les individus.

    QUESTION 2 : Quel est l’intérêt de s’identifier « asexuel » / se mettre dans une case ?
    Alors je ne fais PAS partie des personnes les plus représentées dans la société, et je sais bien ce que signifie se sentir différent des autres et en souffrir, etc. Pourtant, je trouve que présenter « l’asexualité » comme une orientation pose bien plus de questions qu’elle n’en résout :

    1 – Qu’est-ce qu’une identité se fondant sur l’absence d’une caractéristique ?
    Je ne trouve pas que l’asexualité puisse être comparée à d’autres orientations, parce que la phobie anti-asexuelle n’existe pas. L’hyper-sexualisation de la société est un phénomène récent dans notre histoire. Se sentir étrange et subir des remarques désobligeantes, ça n’a rien à voir avec une quelconque phobie. Beaucoup d’autres prétextes de différence comme « être beaucoup plus grand que la moyenne » peuvent créer des difficultés existentielles, mais on ne va par pour autant créer des réseaux sur Internet pour chacun d’entre eux.

    2 – Pourquoi aurions-nous besoin d’être représenté ?
    L’idée d’être représenté par des personnes qui ne partage avec moi que mon a-sexualité me semble parfaitement inutile et réductrice. Je ne partage pas les bases philosophiques qui sous-entendent un nouveau type d’essentialisme (non plus basé sur la génétique, mais sur la psychologie). Je ne vois pas non-plus en quoi un nouveau mot va changer les mentalités. J’ai juste appris à ignorer ce que j’ai toujours vu comme une forme de bêtise du courant dominant (mais peut-être suis-je trop défaitiste ?).

    3 – Comment être sûr que cela ne va pas créer plus d’intolérance ?
    Tant que les gens me pense célibataire / en recherche, ils n’ont aucune raison de me chercher noise. Si je commence à parler « d’asexualité », ils vont commencer à me trouver encore plus bizarre que je n’en ai déjà l’air. C’est terriblement anxiogène ! Je ne comprend pas pourquoi la seule source qui considère ce problème soit la FAQ du site Aven-fr. Si l’asexualité devait être popularisée, la pression exercée sur les jeunes pourrait tout aussi bien s’accroitre encore plus, car chacun serait « soupçonné » de potentielle différence. D’ailleurs, les critiques des sexologues et autres psychologues contre l’asexualité sont arrivées en même temps que l’apparition du terme.

    Je remercie tous les lecteurs de ce commentaire et espère qu’ils se montreront compréhensifs.

    J'aime

  34. Bonjour
    Je me demandais si au lieu d’avoir les asexuels d’un côté et les autres qui ont du désir de l’autre côté, on aurait pas des intermédiaires? ( ce qui remet en question les cases du coup)
    Des gens qui ressentent très peu de désir mais de temps en temps, ça peut arriver.

    J'aime

  35. Bonjour !
    Je suis asexuel.le et aromantique (et agenre), et je varie entre être favorable ou neutre par rapport au sexe. Juste pour l’explication qui rend perplexe même les asexuel.les, pour ce qui est d’être asexuel.le et d’avoir des relations sexuelles, j’ai vu une bonne comparaison :
    Comparons l’orientation sexuelle à avoir envie d’un type de nourriture en particulier. Par ex les personnes hétérosexuel.les n’auraient envie que de pâtes, les personnes homosexuel.les de pizzas, les personnes pansexuel.les ne se soucient pas du type de nourriture, iels ont potentiellement envie de tout type de plat. Les personnes asexuel.les c’est le contraire en quelque sorte, rien ne leur donne envie.
    La libido, c’est comme la faim, on peut avoir faim sans qu’il y ait de nourriture qui fasse envie. On mange alors parce que le goût n’est pas désagréable, voir on apprécie sans pour autant avoir envie de cette nourriture (plaisir lors de l’acte), on mange parce que ça fait plaisir à la personne qui l’a cuisinée ou qui nous l’a proposée (pour procurer du plaisir de manière consentante à d’autres) … C’est l’envie (ou plutôt le besoin ?) de nourriture qui n’est pas fixé sur une nourriture en particulier, mais on préfère sa nourriture favorite.

    Je vais m’arrêter là parce que comparer des autres humains à de la nourriture n’est pas très sympathique en soi, et il y a quelques faiblesses dans cette analogie, mais c’est l’idée !
    C’est totalement acceptable d’avoir ou non des relations sexuelles en étant asexuel.le tant que c’est consentant.
    Personnellement, je ne trouve personne attirant sexuellement, mais parfois il m’arrive d’avoir des relations sexuelles parce que j’apprécie de passer un moment avec quelqu’un, qui que ce soit (pas « un.e partenaire romantique » du coup puisque aromantisme !), le plaisir qui en découle éventuellement (c’est « mécanique » après tout), procurer du plaisir à l’autre, mais ce ne sera pas pour l’acte en lui même. Je ne cherche pas l’activité non plus, je n’ai pas de désir pour ça, mais si on me présente ça, si on vient vers moi (dans un bar ou quoi) et on me dit « eh, on fait du sexe ensemble ? », parfois je vais me dire « moui pourquoi pas », pas parce que la personne me plait mais pour les sensations par exemple, parce que ma libido « réclame » qu’on l’étanche, que ce soit par moi même ou, tant qu’à faire quelque fois, autant aussi procurer du plaisir à quelqu’un d’autre, une pierre deux coups. Ou parfois je vais dire « non, je veux regarder un film, ce qui entoure l’acte ne m’intéresse pas suffisamment », libido ou non, et ça n’aura pas de rapport avec la personne, juste avec moi même et ce que je veux.

    Je ne vais pas faire le premier pas parce que je n’en vois pas l’intérêt. Mais d’autres personnes pourrait faire le premier pas parce que, même si iels ne désirent pas leur partenaire sexuellement, iels peuvent vouloir leur faire plaisir. Je n’aime pas et n’ai pas envie d’aller dans un magasin de meuble, mais j’y emmène volontiers mes ami.es parce que je sais que ça leur fera plaisir, parfois c’est moi qui leur propose. Rien ne m’y oblige si je n’en ai pas envie après tout, je peux faire sans et c’est tout à fait correct de ne pas les y emmener, je ne leur dois rien.

    Je pourrais me passer de sexe, je ne vois pas ça comme essentiel, c’est une activité sympa mais sans plus, je ne vais pas en ressentir le besoin ou l’envie, ou en tout cas pas que je ne pourrais pas satisfaire seul.e disons. Comme manger au cinéma, si on me le propose je vais me dire « oui pourquoi pas, je vais passer du temps avec toi, voir un film c’est distrayant », même si je n’ai pas envie d’aller au cinéma, que je n’y serais pas allé.e de moi même, juste parce qu’on me l’a proposé je peux me dire oui. Je pourrais ne plus jamais aller au cinéma. Je pourrais ne jamais plus faire de sexe.
    Enfin, c’est compliqué quoi. Et mes comparaisons sont souvent foireuses et il y en a plein là, je m’en excuse 🙂

    Je voulais juste tenter d’éclairer un peu les personnes qui pensent qu’être asexuel.e = jamais de sexe, ça peut être le cas pour certain.es, ou non pour d’autres ! Ça suscite pas mal de questions quand je dis que je suis asexuel.le mais qu’on me répond « mais, tu as couché avec des gens ???? », oui mais pas parce qu’iels me plaisaient, juste pour le fun de l’activité quoi si on veut, c’est marrant, mais j’en ai pas besoin. Pour l’acte et pas la personne d’une certaine façon.

    L’exemple avec les deux personnages et le « consentement obligatoire » est très bien d’ailleurs.

    C’est un peu fouilli et très long, je fatigue un peu à cette heure, encore désolé.e !

    (Dans un autre domaine, un petit peu avoisinant :
    Une amie que j’ai est panromantique et homosexuelle. Elle est actuellement en couple avec un homme, mais ne le désire pas sexuellement, uniquement romantiquement, et elle a des relations sexuelles consentantes parce que les orgasmes sont agréables, et parce qu’elle aime lui faire plaisir, l’intimité que ça procure notamment. Elle aurait pu ne pas vouloir et ça aurait été tout aussi acceptable ! En revanche, elle éprouve de l’attirance sexuelle, du désir envers les femmes et uniquement les femmes, elle a envie de faire du sexe avec ces femmes parce qu’elles lui plaisent. C’est un équilibre délicat qui lui a fallu du temps pour trouver, son partenaire est heureusement compréhensif, ce qui n’est pas le cas de tout le monde.)

    J'aime

  36. Je ne sais pas si ça a été évoqué dans les autres coms mais je modifierais un poil. Pour une raison mystérieuse la définition de l’asexualité est différente dans les pays anglophones et francophones….
    Pour moi l’asexualité c’est l’absence d’attirance envers les personnes, qui peut aller ou non avec une non-envie de sexe.
    Je suis autant attirée par les mecs qu’une lesbienne, par les femmes qu’une hétéro. Mais j’aime le sexe. Sauf que pour moi l’attirance n’entre pas en compte.
    Cette « version » possible de l’asexualité est tout à fait prise en compte dans les pays anglophone mais inconnue voir niée en France. On m’a déjà traitée de menteuse ou de nympho sur des forums Ace. -___-

    J'aime

  37. Bein moi je suis…perdue
    Ton article est très clair et intéressant, mais plus j’en sait plus je suis perdue par rapport à moi même, je sait pas si je suis asexuelle, si je suis bi, lesbiennes… Enfin bref, très bel article

    J'aime

Laisser un commentaire (et voir ceux qui ont déjà écrit)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s